close
What are you looking for ?
close
Choice of language
06 February 2019 /
Events
News
Assises romandes: Jeunes migrant-e-s débouté-e-s privé-e-s de formation ? Une vive préoccupation en Suisse romande.
Unaccompanied minors

Les premières Assises romandes sur la question des jeunes migrant-e-s débouté-e-s privé-e-s de formation se sont déroulées le samedi 2 février 2019 à Lausanne. 

Ces assises sont le fruit d’une collaboration étroite entre le Service social international – Suisse (SSI), l’Action-parrainages et l’Alliance pour les droits des enfants migrants (ADEM), suite à de nombreuses préoccupations soulevées auprès de ces organisations par des parrains-marraines. 

Face aux multiples cas d’apprenti-e-s contraint-e-s à renoncer à leur apprentissage suite au rejet de leur demande d’asile, la société civile s’est mobilisée. Devant cette incompréhension et ce désarroi, , elle a décidé de mener une action pour réfléchir sur les pistes d’actions possibles pour soutenir ces jeunes. 
L’évènement a réuni quelques 200 participant-e-s provenant de tous les cantons romands. Des jeunes migrant-e-s, des patron-ne-s, des professionnel-le-s du domaine, des familles de parrainage et toutes personnes intéressées par le sujet étaient présent-e-s. 

Une première partie était centrée sur les témoignages de jeunes migrant-e-s, de patron-ne-s et de parrains et marraines. Ils ont évoqué leur désespoir face à l’incertitude relative à l’intégration professionnelle des jeunes. Malgré la motivation, les efforts et la volonté fournis par ces jeunes dans leur formation, une décision négative vient mettre un terme à leur projet d’apprentissage. Les patrons ont relevé que ces jeunes représentent pourtant une chance pour les entreprises et l’économie du pays, surtout dans les domaines où il manque souvent de mains-d’œuvre, comme l’agriculture et le bâtiment. Un aperçu des actions entreprises sur le plan politique a également été relevé. 

La seconde partie était consacrée aux ateliers de discussion. Les participant-e-s ont été réparti-e-s dans cinq catégories, à savoir la voix des jeunes, la voix des patron-ne-s, la voix des familles de parrainage, la voix des professionnel-le-s du domaine et la voix des enseignant-e-s.  Chaque groupe s’est exprimé sur sa réalité du quotidien, ses inquiétudes et ses convictions en lien avec les apprentissages et la formation. Chaque groupe s’est également exprimé sur les demandes qu’ils souhaitent relayées au plus grand nombre, notamment aux autorités compétentes, et a ensuite présenté le résultat de leur travail en plénum. 
Différentes pistes d’action ont émergé, à savoir, rédiger des articles de situations de jeunes retournés en Erythrée, sensibiliser les départements de formation, mettre en place une plateforme au niveau national pour reconduire ce genre d’actions ainsi qu’effectuer des manifestations pour soutenir les formations. 

Grâce à la collaboration et au travail des participant-e-s, la rencontre a débouché sur la rédaction d’un appel, nommé « Appel de la société civile pour que les jeunes migrant-e-s débouté-e-s puissent poursuivre et achever leur formation ». Cette action est menée par un comité, qui s’est constitué lors de la journée des assises romandes en vue de diffuser cet appel et de le porter devant les autorités compétentes.

Mobilisation en faveur de la formation des jeunes migrants déboutés - RTS 

Lausanne: un texte de deux pages pour que les jeunes déboutés puissent terminer leur formation - Le Nouvelliste